Séance de rentrée académique

Général     lun. 04 octobre 2021

La rentrée académique des départements des types courts s’est déroulée ce jeudi 30 septembre sur le campus Galileo. Avant la conférence donnée par Jean-Luc Nsengiyumva, Docteur en sociologie dont les travaux portent essentiellement sur les dynamiques identitaires, Pierre Smets, Directeur-Président de la Haute École Galilée, a fait son traditionnel discours devant des invités ravis de revenir enfin sur le campus.

La séance de rentrée académique 2021-2022 a eu lieu en présentiel pour marquer le début d’un retour presque à la normale. « C’était un pari tant nous vivons aux rythmes des incertitudes depuis plusieurs mois maintenant. Je veux d’emblée placer cette année académique 2021-2022 sur le signe de l’espérance et de la progressive fin d’une drôle de période », indique Pierre Smets.

 

Un bond spectaculaire

De nombreux projets ont continué à être développés. « Nous avons réalisé un bond spectaculaire dans le développement de nouvelles formes d’enseignement et d’utilisation des outils numériques au service de celui-ci », explique-t-il.

Le Directeur-Président se réjouit des modifications apportées au décret dit paysage qui définit plus clairement les balises du parcours des étudiants. Il est cependant plus sceptique quant à l’atterrissage du décret de la réforme de la formation initiale qui lui fait dire « Tout ça pour ça ! »

« Que reste-t-il des ambitions de départ ? Et comment cette réforme va-t-elle permettre de réellement répondre aux objectifs visés : former des enseignants de niveau 7, réflexifs et chercheurs, aptes à répondre aux défis de la complexité actuelle de l’enseignement, particulièrement en Fédération Wallonie Bruxelles qui est en tension entre la volonté de s’améliorer à travers le pacte pour un enseignement d’excellence et les inégalités qui restent criantes. La Formation Initiale des Enseignants est un maillon indispensable pour atteindre une nette amélioration de l’enseignement en particulier auprès des élèves issus des familles socio culturellement défavorisés. Mais il n’est pas sûr que cette réforme en l’état réponde aux attentes », estime-t-il.

 

Des projets sur la table

Mais bien d’autres projets sont sur la table : des clarifications au niveau des formations médicales, un projet de formation spécifique pour l’accueil et l’éducation des jeunes enfants, une réflexion sur l’organisation de l’année académique dans l’enseignement supérieur au regard du projet de modifications des rythmes scolaires dans l’enseignement obligatoire.

 

Renforcer le campus Galileo

« Cette année s’annonce aussi riche en événement. (…) Il existe une volonté de construire un projet commun à commencer par un développement immobilier qui renforcera le site du Galileo en tant que véritable campus étudiant », s’enthousiasme Pierre Smets. Les travaux d’extension du campus vont pouvoir bientôt démarrer. Les trois départements de type court seront enfin réunis au 336 rue Royale. L’objectif est que le chantier soit terminé pour la rentrée 2024.

 

Un rapprochement avec la HE Vinci et l’Ephec

« Projet qui accentue notre volonté de maintenir un site fort et spécifique, le Galileo, inclus dans une nouvelle structure. En effet, malgré des réunions organisées essentiellement en distanciel, le processus de rapprochement entre les trois départements de type court de la Haute Ecole Galilée, la Haute École Vinci et l’ASBL Ephec qui comprend une Haute École et une école de promotions sociale s’est activement poursuivi », indique-t-il, avant d’ajouter : « Nous continuons l’étude de la faisabilité du projet et nos assemblées générales respectives seront amenées à partir de cette analyse à décider de choisir ou non la poursuite du travail dans la perspective d’une fusion de nos institutions à l’horizon de la rentrée 2023. »

 

 (Re)découvrez le discours intégral de Pierre Smets